Trent Parke – Minutes to midnight

Trent Parke - Minutes to midnight
© Trent Parke

L’un des livres photo que l’on a dans sa bibliothèque et dont on ne se séparera pas de sitôt. « Minutes to midnight » est pour moi l’un des travaux les plus importants de Trent Parke, photographe Australien de l’agence Magnum Photos. « Minutes to midnight » c’est un voyage de 3 ans sur 90,000 km à travers l’Australie, pays d’origine du photographe, cette île atypique dont plus de la moitié de la surface peut être considérée comme aride ou désertique.

Vingt ans après avoir quitté son pays, Trent Parke rentre en Australie, il y voit un pays différent de celui qu’il avait connu et ressent comme un malaise. En 2003 il lit un article de journal disant que 60% des australiens estimaient que leur pays avait perdu son innocence, il décide de partir à la redécouverte de l’Australie, ses habitants, sa culture et ses traditions.

« L’Australie c’est mon pays, c’est là où je photographie, j’ai une vrai passion pour ce pays, un amour pour sa culture, ses habitants, c’est très important pour moi qui suis né à Newcastle sur la côte Est… » explique Trent Parke lors d’une interview.

Il est donc parti faire ce road-trip qu’il avait toujours voulu faire, non pas pour photographier ce à quoi le pays ressemblait mais pour ressentir comment et pourquoi il avait changé. Dans ce grand projet le photographe se penche sur des thématiques importantes dans le pays comme le racisme, le terrorisme, les catastrophes naturelles et la lutte de la population pour sa survie et ses traditions.

« Minutes to midnight » dévoile un travail époustouflant dans lequel Trent Parke fige le temps à chaque images et montre l’état de santé de son pays à un instant T, une atmosphère lourde et sombre qui ne nous quitte pas du début à la fin, celle-ci se détache de l’imaginaire que l’on à de l’Australie depuis la France. Chaque photographie raconte une histoire, ces histoires finissent par se rapprocher au fur et à mesure que l’on tourne les pages, en parcourant le livre les sentiments de gène et d’émerveillement se mélangent tant les images fortes se suivent. Trente parke réalise un un travail excellent si ce n’est parfait avec ce livre qui m’inpressionne à chaque fois que je l’ouvre :

« Le corps du travail est à propos de l’émotion du temps que nous vivons, ce n’est pas une sensation physique mais un sens émotionnel, subconscient et de la pensée de ce qui pourrait arriver. C’est un document et une fiction également.[…] Tout ce que j’essaie de faire c’est photographier ce à quoi ressemblait la vie quand j’étais vivant et qu’est ce que je voyais.«  Trent Parke.

Trent Parke arrive à parler de son pays et à faire un point sur l’état de santé de l’Australie en 46 photographies. C’est une histoire d’anxiété et d’intensité humaine qui, bien que racontée depuis l’Australie, représente une condition humaine universelle dans le monde d’aujourd’hui. Le talent de ce photographe se dévoile au fil des pages, Trent Parke qui arrive à placer dans un même corpus des images dont les thèmes et les ambiances se trouve à l’opposé les une des autres. De la modernité de ces rues de centre ville à la misère de l’arrière pays, une naissance, un rallye, des silhouettes sombres ou blanches irréelles, des paysages apocalyptiques… Son livre nous plonge dans un rêve photographique.

Le livre « Minutes to midnight » à connu un succès énorme et il est difficile aujourd’hui d’en trouver des exemplaires à vendre. L’éditeur Steidl en à fait la première édition en 2013, victime de son succès le livre ressortira en 2017, les stock se sont vite épuisés. Ce livre photo est pour moi un livre culte dans la catégorie N&B.

Le livre n’a pas vu le jour dès la fin du voyage, l’éditeur Steidl à gardé les images de « Minutes to midnight » pendant 6 ans avant de penser à en faire un livre, s’en est suivi 3 voyages en Allemagne pour la création et la réalisation du livre, chaque rendez-vous ne durant pas plus de 3 minutes avec l’éditeur. Comme quoi, on peut dire ce que l’on veut, ils ont réussi à faire çà vite et bien ! (6 ans après le road-trip quand même…)

Une interview à voir, dans laquelle il développe ce travail et raconte certaine de ses images :

https://www.youtube.com/watch?v=ZHVXEzfo6DQ

Éditeur : Steidl
Pages : 94
Format : 30 x 25 (env.)
Couverture : Rigide

Laisser un commentaire